Quand j’aime (ou j’adore) courir / Mes 6 conseils pour débuter le running

running2

Ma mère me dit souvent qu’elle a découvert les bienfaits du sport à 17 ans. J’ai toujours trouvé ça tôt. A 17 ans, je mangeais des burgers avec les potes et je testais les nouveaux bars à la mode. Autant dire que j’étais loin, très loin du running…

Et à 30 ans, métamorphose ! L’envie de prendre soin de mon corps, de ressentir des courbatures là où je ne pensais jamais en avoir, m’est venue. Comme ça. Il faut dire que je venais d’opter pour un nouveau job, qui me laisse plus de temps que l’ancien. Adieu les dîners à base de crêpes au Nutella arrosées de vin blanc, enfournées rapidement, les épaules crispées par le stress d’une journée qui ne se termine jamais. Je ne dis pas que je me suis mise aux fourneaux. Je grignote toujours ce que je trouve dans le frigo, même si mon régime alimentaire tend à s’améliorer (on en reparlera – et au passage merci le Chéri).

Mais c’est niveau sport qu’il y a du mieux, voire même du CARRÉMENT mieux. Il y a quelques mois, en février il me semble, j’ai testé pour vous un entrainement avec les Picantines (le récit est ). Premier constat incroyable : ça m’a plu. En guise d’échauffement, nous avons dû faire deux fois le tour du stade Petit-poisson en courant. COURIR. Le mot est banni de mon vocabulaire depuis … ma naissance je crois bien. Ces deux tours de stade m’ont enchanté : il faisait froid, j’avais mal aux pieds dans mes baskets trop petites, j’ai eu un point de côté au bout de deux minutes mais qu’importe. Le sol était moelleux, mes poumons asthmatiques n’ont même pas souffert et au retour je me sentais super bien. Le déclic. J’ai attendu que la météo s’adoucisse et j’ai aussitôt investi dans une paire de baskets, un tshirt de running et j’ai téléchargé l’application Smilesrun (je vous en parlais ici). Je ne pensais jamais écrire ça, mais merci Karine Lemarchand ! 🙂

Alors que je partais de zéro, je viens de terminer les 6 km de la Compiègnoise le 9 octobre dernier. J’envisage de participer à la Compiègne Christmas Corrida (7 km), histoire de ne pas perdre la motivation. Et comme je suis plutôt fière de mon parcours, il est temps de vous filer quelques conseils, à vous les flemmards de la basket qui rêvent de se motiver.

running

Δ Avoir le déclic

Certainement la chose la plus difficile à obtenir. Qu’importe votre motivation (votre bien-être, perdre du poids, vous raffermir les cuissots, épater vos copines ou participer à la Compiègnoise 2017), pour commencer le running, il faut trouver ce qui va vous faire courir. Pour ma part, l’envie d’obtenir un corps sain et ferme et bizarrement, d’en baver, étaient mes motivations premières. Car non, le running, c’est pas super simple. Et au début, pour prendre du plaisir, il faut les deux choses suivantes…

Δ Une bonne paire de baskets

Investissez ! Tout le monde va vous le répéter mais tant pis, je fais de même : pour courir, vos outils sont vos pieds. Et comme vous avez envie de les protéger, vous allez vous offrir de jolies baskets avec un bon amorti. Pour ma part, j’ai trouvé les miennes chez Nike Factory à Saint-Maximin. Ma paire de Nike valait 90€ au départ, je les ai acheté 35 €. Magique. Décathlon fera aussi le job, ou encore Top Perf . Si vous êtes foufou, profitez en pour vous offrir un t-shirt spécial running, bien plus agréable qu’un simple t-shirt en coton. Autre conseil : prenez vos chaussures une taille plus grande. Indispensable pour ne pas souffrir !

Δ Une appli pour vous booster 

Smilesrun est géniale car cette application vous permet, à vous novices, de débuter doucement par de la marche lente puis plus intense, pour finir par enchaîner les minutes de course. Automatiquement, on se sent doué(e), les efforts sont vite récompensés et  vous aurez très envie de recommencer.

Δ Etre assidu(e)

Il n’y a pas de secret : pour s’améliorer, passer de la marche rapide à 3 minutes de course (puis 8, puis 12 puis wahouuuuu, 30) sans avoir l’impression de mourir d’un point de coté, il faut s’entraîner, être assidu(e). Depuis que j’ai commencé à courir, en avril 2016, il n’y a pas une seule semaine où je ne suis pas allée courir en moyenne 30 minutes à 45 minutes. Fixez vous une journée et tenez-vous à cet entrainement. Si courir seul(e) ne vous enchante pas (et ça peut se comprendre), trouvez un binôme lui-aussi débutant. Ma mère est ravie de partager ce moment avec moi (et vice-versa), on se soutient et on se motive. En plus, on a la même foulée, ce qui est parfait. Bon, quand je suis en vacances ou malade comme un cochon, je zappe. Le corps à ses limites et il faut parfois les écouter.

running3

Δ Trouver un parcours chouette

Quand je cours, je n’écoute pas de musique. Je préfère profiter des bruits de la nature. C’est l’une des choses que j’adore. Je cours dans le parc du château, aux abords du golf, dans les Beaux-Monts également. Les jolis spots ne manquent pas à Compiègne ! L’idéal reste le terrain meuble, histoire de ne pas trop s’abîmer les articulations. On dit qu’il faut souvent changer de parcours pour ne pas s’ennuyer. Mais moi je dis que vous faites comme vous voulez 🙂

Δ Informez vous

Avant de débuter la course, alors que je n’avais jamais couru, je me posais beaucoup de questions. Quelle bonne posture adopter en courant pour ne pas se blesser ? Quelle est la technique pour faire passer un point de côté ? Comment trouver la bonne vitesse ? J’ai regardé quelques vidéos sur Youtube qui m’ont appris qu’on ne court pas sur le talon (aïe) et que pour faire passer un point de côté on respire à fond et on se concentre sur autre chose (merci les mollets du monsieur devant moi, durant la Compiègnoise). Pour trouver la bonne vitesse, quand on est débutant, on ne part pas comme un fou : les petites foulées c’est parfait. Allez-y tranquillement, vous tiendrez plus longtemps.  Bref, lisez des blogs de runners comme Runninglicious, des magazines comme Tonic (je l’aime beaucoup celui-ci)…et faites-vous confiance aussi 😉

Alors, vous venez courir avec moi ?
Et si ce n’et pas assez, je vous conseille de regarder le film Free to run.
Vous comprendrez que courir, c’est aussi un acte militant 😉

 

 

Publicités

6 réflexions sur “Quand j’aime (ou j’adore) courir / Mes 6 conseils pour débuter le running

  1. decanter dit :

    Je cours aussi, j’essaie au minimum une fois par semaine environ 4 km, pour le moment, j’ai 2 tendinites qui m’empêchent de courir plus. C’est vrai que toute seule c’est moins évident… je me suis mise à courir en juin 2015, je cours autour de Jaux et parfois sur Compiègne avec une amie, j’ai fait la Compiegnoise l’année dernière avec ma fille. je trouve que cela fait un bien fou, à bientôt peut être 😊 et bonne course😆

    J'aime

  2. zebralifestyle dit :

    Je n’ai jamais osé courir, je n’avais pas le droit plus petite car j’ai une « malformation » des genoux … Le médecin m’a dit que ça devrait aller maintenant, mais j’ai toujours une appréhension, sans savoir pourquoi. Ton article me donne envie ! Pourquoi pas un jour 🙂 En tout cas bravo pour ton parcours !

    J'aime

  3. Camille dit :

    En effet, ton article donne envie de s’y mettre :). Pour ma part, il y a toujours une période où j’ai envie de reprendre la course à pied mais ça ne dure jamais… Après 1 mois de tentative, je finis toujours par abandonner. Peut-être que je ne me fixe pas les bons objectifs ! Cette foi, je vais suivre tes conseils et essayer de garder le cap 🙂 !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s