Tatouée, crayonnée.

18193277_10211283685021348_3873924786564987059_o

D’abord, il y a eu la petite folie des étoiles piquantes dans le creux du poignet, puis les animaux origamis – un renard duveteux ou une baleine qui me fait salement pleurer. Et puis, les petits cœurs tous nus et les nuages mouillés. Enfin, il y a eu les mots de The Crayoner déposés ça et là, sur des corps bienheureux.

Lire la suite

Publicités

La trentaine, ça passe crème

giphy

Ecrire un article perso équivaut à gravir une montagne pour moi. Pas une collinette, non, plutôt l’Everest. Mais ce blog amorce un léger tournant, tout petit, simplement parce que ma vie change, et que certaines étapes donnent envie de les partager. Je vais avoir 32 ans cet été. Autant dire que je ne suis plus franchement une enfant. Dans mon imaginaire de petite fille, à 32 ans, j’étais persuadée de devenir plus ou moins comme l’une de mes maîtresses, un poil aigrie, un poil chiante, qui s’habille avec des gilets -forcément- moches.

Et bien il se trouve que, grosse découverte, la trentaine est différente selon la personne qui la porte. Un peu comme un gilet qui parait moche.

Quand mes amies ont décidé de se marier, j’ai quitté mon ex et je suis repartie vivre chez mes parents. Et quand elles ont fait des enfants, j’ai rencontré mon amoureux, de 6 ans de moins que moi. Faire les choses à l’envers, c’est l’histoire de ma vie.

La trentaine, je la vis pleinement, je la respire et je n’en rate pas une miette.  Je n’y croyais pas un seul instant, surtout la veille de mes 30 ans : la décennie à venir ne serait qu’un trop court chemin vers la quarantaine, la décrépitude et au bout du bout, la fin des haricots…

Bon, en fait, ce n’est pas tout à fait ça. La trentaine te met une claque, oui. Mais une petite, derrière la nuque, qui va résonner pour les 10 ans à venir et qui t’oblige à une seule chose : y aller à fond. Voyage, projets, vie pro, chiens de traîneaux, déménagement, changement de vie : c’est le moment. Oui c’est carrément bateau de dire ça, mais l’urgence de vivre s’est imposée en quelques mois. Cette fois, c’est fini, je ne rate plus rien, les projets s’accumulent et j’adore ça (et puis être née en 1985, c’est tellement cool que finalement, ça passe crème). ❤