J’ai participé à la Christmas Corrida des Picantines / Le running en hiver

corrida3

Depuis la Compiègnoise, mon corps est prit de folie. Il aime courir, juste pour le plaisir de transpirer et de souffrir (un peu). J’ai enfin compris le sentiment de libération que chaque runner peut ressentir durant la course à pied, mais aussi le bien-être, à la limite de l’euphorie, qui s’empare du sportif à la fin d’un périple. Bref, à 31 ans il était définitivement temps de se bouger les cuissots.

Lire la suite

Quand j’aime (ou j’adore) courir / Mes 6 conseils pour débuter le running

running2

Ma mère me dit souvent qu’elle a découvert les bienfaits du sport à 17 ans. J’ai toujours trouvé ça tôt. A 17 ans, je mangeais des burgers avec les potes et je testais les nouveaux bars à la mode. Autant dire que j’étais loin, très loin du running…

Lire la suite

Quand je me mets au running / ou comment dire adieu aux souvenirs du cross avec Smilesrun

IMG_20160512_124628

Les nanas qui courent, très peu pour moi. Observer le même paysage défiler et suer comme un cochon qui traîne la patte, je n’en voyais pas l’intérêt. Et puis j’avais ce souvenir si présent, celui d’une gamine de 12 ans, déjà grande comme une asperge et surtout têtue comme une mule, qui refusait de prendre le départ du cross du collège. Non, non et non. Le running, ça fait mal aux pieds, et c’est chiant comme la pluie.

Sauf que, j’ai découvert une nouvelle appli plutôt chouette : Smilesrun.

Lire la suite

J’ai testé pour vous… suer comme un petit cochon avec les Picantines / Matinée sportive

IMG_6939

La plupart de mes amis sont adeptes du running. Une passion dévorante qui leur donne une envie irrépressible de partager les kilomètres avalés sur leur profil Facebook.

J’ai voulu tester. Seul hic : la dernière fois que j’ai couru, j’avais 13 ans, je portais un appareil dentaire et j’étais ce genre d’adolescente rebelle qui refusait de participer au cross du collège…

Lire la suite

Quand je marche avec les Picantines / Retour sur la Compiègnoise du 4 octobre

12069000_444954812377968_8286078285601940485_o

Enfiler un leggings un peu moche, des chaussures de course bleu pétant et un sweat à capuche qui a connu de meilleurs jours pour aller batifoler dans les parcs de la ville n’est pas forcément mon plan rêvé pour un dimanche matin. Mais là, il ne fallait pas mégoter et donner un peu de sa personne car la cause était noble  en ce mois d’octobre tout rose : la lutte contre le cancer. Retour sur ma première participation à la course des Picantines, la Compiègnoise.

Lire la suite