Une nuit sous la Bulle de Chantilly

Copie de autumn moments

Les vacances, c’est cool, mais lorsqu’on passe une semaine en convalescence et qu’on vient d’acheter une maison (canon), les grands voyages on oublie. C’est ce qui s’est passé pour nous, cet été : on a préféré mettre notre budget en fauteuils des années 1960 et en coups de bistouri, chacun son truc. Résultat, j’ai des yeux tout neufs et une maison que j’adore. Mais prendre le large, c’est bien aussi, même si ce n’est pas très loin.

Lire la suite

Publicités

Adieu lunettes – Partie 1

autumn moments

Se séparer de ses binocles, c’est une grande décision, surtout quand elle font partie de votre vie depuis deux décennies. Mes amis n’imaginaient pas mon visage sans, mais moi je parvenais très bien à imaginer l’absence de taches de gras de nez sur les verres, causées par les bisous du chéri, la buée en hiver, les glissades des montures en été… 

Il me fallait simplement le courage et un peu d’économies, car cette affaire n’est pas gratuite. Pour sauter le pas de la chirurgie réfractive (ou opération de la myopie), j’ai pris rendez-vous à l’hôpital militaire Percy, à Clamart. Un hôpital militaire opère également les civils? Et bien oui, et je ne le savais pas. Sur place, entre les gendarmes et les officiers de l’armée, on se sent plutôt bien entouré(e), cela va sans dire.

Lire la suite

Le gang des tatoués de Liancourt

IMG_3728

Depuis cinq ans, trotte dans ma tête l’envie d’un tatouage. Un petit, un mignon, un discret. Pas un dinosaure sur le mollet droit, même si j’ai adoré Denver. Beaucoup d’amis se sont lancés : l’aiguille ? Même pas mal. Si je peux facilement éluder la question de la douleur dans mon esprit, j’ai davantage de mal à arrêter mon choix sur un motif. Pour m’inspirer, j’ai pris la direction de la convention de tatouage de Liancourt, qui avait lieu ce weekend dernier…

Lire la suite

Fight like a girl – J’affiche mon féminisme

Ça finit, enfin, par s’afficher. Le féminisme tend à ne plus être un gros mot, s’il l’a été. En 2017, on affiche bien haut ses convictions. Bien haut sur les seins, avec la collection capsule Pimkie. L’enseigne propose en ce moment, à -20%, une série de t-shirts et sweats tous plus explicites les uns que les autres. Attrapez les tous, ils sont canons. 

Lire la suite

La trentaine, ça passe crème

giphy

Ecrire un article perso équivaut à gravir une montagne pour moi. Pas une collinette, non, plutôt l’Everest. Mais ce blog amorce un léger tournant, tout petit, simplement parce que ma vie change, et que certaines étapes donnent envie de les partager. Je vais avoir 32 ans cet été. Autant dire que je ne suis plus franchement une enfant. Dans mon imaginaire de petite fille, à 32 ans, j’étais persuadée de devenir plus ou moins comme l’une de mes maîtresses, un poil aigrie, un poil chiante, qui s’habille avec des gilets -forcément- moches.

Et bien il se trouve que, grosse découverte, la trentaine est différente selon la personne qui la porte. Un peu comme un gilet qui parait moche.

Quand mes amies ont décidé de se marier, j’ai quitté mon ex et je suis repartie vivre chez mes parents. Et quand elles ont fait des enfants, j’ai rencontré mon amoureux, de 6 ans de moins que moi. Faire les choses à l’envers, c’est l’histoire de ma vie.

La trentaine, je la vis pleinement, je la respire et je n’en rate pas une miette.  Je n’y croyais pas un seul instant, surtout la veille de mes 30 ans : la décennie à venir ne serait qu’un trop court chemin vers la quarantaine, la décrépitude et au bout du bout, la fin des haricots…

Bon, en fait, ce n’est pas tout à fait ça. La trentaine te met une claque, oui. Mais une petite, derrière la nuque, qui va résonner pour les 10 ans à venir et qui t’oblige à une seule chose : y aller à fond. Voyage, projets, vie pro, chiens de traîneaux, déménagement, changement de vie : c’est le moment. Oui c’est carrément bateau de dire ça, mais l’urgence de vivre s’est imposée en quelques mois. Cette fois, c’est fini, je ne rate plus rien, les projets s’accumulent et j’adore ça (et puis être née en 1985, c’est tellement cool que finalement, ça passe crème). ❤

J’ai testé la dictée du Rotary 2.0 : l’orthographe, Charles Martel & moi

doisneauA l’école, aussi bizarre que cela puisse paraître, j’aimais bien les dictées. Le lent babillage de la maîtresse qui insistait sur les liaisons, les corrections en rouge, la réflexion autour de l’accord des verbes… Mais pour certains, c’était une torture. Une torture que le Rotary 2.0 a décidé d’infliger, samedi dernier, a une centaine de participants, tous volontaires : pour la deuxième fois, la toute nouvelle association compiégnoise organisait sa « Dictée ».

Lire la suite

Sois une femme et bats-toi / J’ai testé le self-defense

img_3612

Parce que j’ai envie d’être de ceux et celles qui trouvent la force de résister quand on les attaque physiquement (et en 2017, on sait bien que c’est courant et que cela peut arriver à n’importe qui), j’ai voulu tester les cours de self-defense (taijitsu et krav-maga). Merci au club Arts martiaux compiègnois qui m’a reçu chaleureusement. Non je n’ai pas trop souffert, à part un ou deux tâcles dans les tibias… Mais on s’en remet 🙂 Jugez plutôt. 

Lire la suite

Wishlist de Noël – 100% Compiègnois

wishlist-logoLe sapin est en place, les guirlandes lumineuses aussi, le calendrier de l’Avent bien entamé. Parce que trouver les cadeaux cool n’est pas une mince affaire, sélection de petites choses que j’ai vu dans les boutiques Compiègnoises et pour lesquelles j’ai eu un chouette coup de cœur ! En avant les Pères Noël 😉 

Lire la suite

Quand ma génération est accro à Tinder

tinder-is-the-night-vf

Trouver un mec ou une nana semble la chose la plus simple au monde sur Tinder. On télécharge l’appli, on fait défiler les profils et avec un peu de chance, cela finit par « matcher ». Presque aussi facile que de s’acheter une nouvelle robe. Mais dans la réalité, les choses sont souvent bien plus complexes. Et heureusement.  

Mais alors que nos parents et grands-parents se rencontraient dans la « vraie vie », Tinder semble le moyen plébiscité aujourd’hui, par nombre de 18-35 ans pour rencontrer quelqu’un. Juste pour un soir (souvent) ou pour un mois, voire plus avec un peu de chance, l’application a vu sa côte grimper en seulement 4 ans. Rencontre avec Manon, Zoé et Thomas, dont j’ai recueilli les témoignages.

Lire la suite

Quand je rencontre Bidule & Cocotte / Etre végétarien(ne) aujourd’hui -et demain

 

 

bidule-et-cocotte2

Photo Noëmie Guizard Photographie

C’était une de ces journées parfaites : l’air était tiède, les gens sentaient bons, les rues étaient fleuries et la voix de Marilyn Monroe perçait à travers les fenêtres entrouvertes du tribunal de commerce, rue Henri de Seroux, à deux pas du Palais Impérial (si si c’est vrai). Armée d’un kilo de gros abricots juteux, je me dirigeais vers un pique-nique atypique, organisé par plusieurs associations écologiques en réaction contre la Fête de la Chasse & de la nature qui s’est tenue ce weekend. 

A cette occasion, j’ai fait la connaissance de Bidule & Cocotte. Ou plutôt d’Ingrid & de Muriel. Une mère, une fille. Deux végétariennes & Compiègnoises qui rédigent à quatre mains l’éco-blog passionnant Bidule & Cocotte. Ingrid, la fille, sort ce mois-ci un livre de recettes aux éditions Solar… Alors forcément, alors que j’ai fais le choix de cesser de manger de la viande il y a plusieurs mois (il va falloir que je vous en parle en détails) , il fallait que je les rencontre et que je leur pose quelques questions pour vous. 

Lire la suite