Une initiation au braille avec Trans-doc

grade-2-braille-example

Ne plus voir les jolies couleurs du matin, la brume au-dessus de l’Oise, le soleil doré qui se lève tranquillement, le vert des arbres feuillus. Cela nous semble impossible voire intolérable. Pourtant, en France, on compte plus de 932 000 personnes malvoyantes et 207 000 aveugles, selon la Fédération des aveugles et amblyopes.

Pour autant, le malvoyant doit rester libre et apte à lire et à s’informer. C’est en tout cas le message que souhaite faire passer l’association Trans-doc, dont les locaux sont situés à Margny-lès-Compiègne. Hubert Ossart, lui-même malvoyant, en est le fondateur et le président. Son but : transcrire des documents en braille ou en audio, pour les personnes handicapées sensorielles.

Trans-doc accepte également d’autres missions, telles que l’initiation des plus jeunes au braille lors des TAP, une collaboration avec l’UTC dans la mise au point de l’outil Tactos à destination des malvoyants ou encore des cours de braille pour voyants ou non-voyants.

jatpv

A l’occasion du Téléthon (jusqu’au 30 novembre), Trans-doc propose des initiations au braille, « en 10 minutes top chrono », promet Hubert Ossart. Un soir, je me décide à relever le défi.

J’en ai honte, mais le seul lien entre le braille et moi restent les épisodes de la Petite Maison dans la Prairie, où l’on peut voir Marie, la fille aînée, devenir progressivement aveugle et apprendre l’alphabet braille. Mais Hubert Ossart est indulgent et me fait un rapide rappel de la biographie de Louis Braille, l’inventeur de ce système d’écriture à points tactiles, qui perdit la vue dans l’atelier de poinçonneur de son père à l’âge de trois ans. « Une lettre de l’alphabet braille est une cellule composée de 6 points, m’explique, tel un professeur, Hubert Ossart. Il y a 63 combinaisons possibles. Braille a divisé son alphabet en 4 groupes et il n’est nécessaire d’apprendre que le premier, on ne fait qu’ajouter des points à ceux que l’on connait déjà par la suite ». Je suis attentive mais un poil dépassée : apprendre un nouvel alphabet reste complexe. J’imagine la difficulté ressenti par une personne souffrant de cécité. « Un élève met environ 6 mois à apprendre le braille, sans pour autant le lire couramment, explique mon professeur, c’est très fatigant. »

04louis-braille-l

Pour aider ses élèves, l’infatigable Hubert Ossart a mis au point il y a trois mois sa propre méthode condensée dans un livret relié. Pour que ses élèves retiennent mieux la forme des lettres, il a imprimé les cellules de 6 points en grandes dimensions, recouvrant de matière duveteuse les points utilisé pour former la lettre. « Si le braille reste important, il coute bien trop cher à imprimer, nuance Hubert Ossart. L’audio prend le pas, surtout grace à l’informatique ». L’équipe de Trans-doc se compose, entre autres, de 17 bénévoles chargés d’enregistrer vocalement les livres ou magazines, les « donneurs de voix ». « Le doyen a 92 ans et il adore ça ! »

Le président de l’association m’installe devant ce qui ressemble à une machine à écrire vintage, La Perkins. « Elle est munie de six touches correspondant à chacun des six points de la matrice braille et d’une touche d’espacement » explique-t-il. Ma mission : écrire mon prénom. Heureusement, il n’a que cinq lettres. Une fois écrit, me voilà fière comme si j’avais retranscrit un roman de 500 pages en braille. Je repars avec mon trophée sous le bras : il n’y pas de petites victoires.

Δ Vous aussi, vous voulez vous initier au braille ? C’est par ici !
Site web de Trans-doc
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s